Café-débat « Vélos et autres cycles » – 8 mars 2018

Les « rencontres de la Ville Citoyenne » proposent un échange sous forme de café-débats autour  de sujets qui concernent notre quotidien en invitant des personnalités qualifiées.

 

Elles sont organisées à l’initiative de l’association « La Ville Citoyenne » pour favoriser un débat respectueux, positif et convivial. Elles sont ouvertes à toutes celles et ceux qui s’intéressent à la vie de notre Ville de Boulogne-Billancourt.

Le format de ces rencontres s’organise en deux parties :

  • un bref exposé de 20 à 30 minutes fait par une personnalité reconnue pour son expertise concernant la thématique du débat
  • un échange participatif d’environ une heure entre les participants, animé par un représentant de l’association « La Ville Citoyenne ».

 

Compte-rendu du café-débat du 8 Mars 2018

 

Thème: Vélos et autres cycles dans la ville,  quels enjeux ?

 

Invité: Pierre Toulouse

 

Pierre a fait sa carrière en tant qu’ingénieur au sein des DDE, chargé de la conception des routes et de leur sécurité. Il est actuellement adjoint au coordonateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo, structure créée en 2006, sous la houlette du Ministère des transports (aujourd’hui dirigé par Elisabeth Borne, ministre chargée des transports auprès du ministre d’état Nicolas Hulot). Une loi sur les mobilités est en préparation. Pierre a été un des artisans de l’indemnité kilométrique vélo pour les salariés. Par ailleurs, il a été Président de l’association MDB, « mieux se déplacer à bicyclette ».

 

Pierre nous explique sa mission interministérielle pour le développement de l’usage du vélo, qui paraissait anecdotique il y a quelques années, et qui prend de plus en plus d’importance au vu des enjeux de mobilité, de sécurité et de santé publique.

 

En France, 170 cyclistes sont tués chaque année sur les routes dont 120 hors agglomérations, les routes de campagne sont plus dangereuses que la ville.

 

Les participants posent de nombreuses questions notamment liées à la sécurité. Il apparaît que le code de la « route » – qui devrait s’appeler dans les villes le code de la « rue » – a beaucoup évolué pour intégrer progressivement l’usage du vélo : le cédez-le-passage cycliste au feux, le sens interdit sauf cycliste, la zone 30, la zone de rencontre 20 « piétons d’abord »,  le sas cycliste… Dans le passé la sécurité était envisagée uniquement du point de vue de l’automobiliste, le cycliste et le piéton n’ayant qu’à bien se tenir pour « laisser la place » à l’omniprésence de la voiture. Aujourd’hui les progrès de l’accidentologie remettent en cause certains principes qui peuvent contrarier nos anciennes habitudes ; par exemple, la suppression de feux tricolores pour certains carrefours, crée de meilleures conditions de sécurité en particulier pour les vélos. Malheureusement les gens ne sont pas suffisamment informés, surtout si certaines mairies restent à la traîne, ce qui est le cas à Boulogne-Billancourt, alors que d’autres villes ont mieux compris les enjeux : par exemple à Vanves ou à Sceaux.

 

Pour en savoir plus : http://voiriepourtous.cerema.fr/

 

Concernant les nouvelles mobilités individuelles, les clarifications suivantes ont été apportées :

  • la trottinette non motorisée est tolérée sur les trottoirs
  • la bicyclette ne peut rouler que sur la chaussée
  • les gyropodes, monoroues, hoverboards etc… sont interdits sur le trottoir et sur la chaussée, ce qui pose une sérieuse difficulté puisque ces engins montent en puissance.

 

Un certain nombre de villes en France ont décidé de faire avancer les causes de santé publique et de bien-être dans leur centre-ville en installant des zones de rencontres « 20 » ou à trafic limité, par exemple Avignon, Nantes, Millau etc… A l’étranger des expériences avec des résultats très positifs sont menées en Italie (les « slow » città) ou à Pontevedra en Espagne (première ville de plus de 80 000 habitants  sans voitures ! le trafic automobile a chuté de 90% et la pollution de l’air de 65%).

 

Concernant Boulogne-Billancourt, plusieurs idées sont proposées :

  • passage de toute la ville à « 30 km/h» hormis les axes structurants Vaillant/Leclerc et route de la Reine (pour mémoire un débit régulier par file est de 800 véhicules/heure)
  • création de voies cyclistes en sens interdit, ainsi que des signalisations « cédez-le-passage cycliste »
  • création de véritables zones 20 notamment en centre-ville
  • création de pistes cyclables le long des berges.

 

Le 10 Mars 2018

 

François THELLIER, président de l’Association la Ville Citoyenne.