FUSION : NOUS AVIONS RAISON

Nous avions, dans la tribune de décembre 2016, appelé le maire à la raison en abandonnant le projet néfaste de fusion entre Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux, et nous avi­ons suggéré de procéder à un référendum local sur la ques­tion. Où en est-on ? Nulle part sinon que constater un gâchis en temps passé et en argent dépensé : ce projet inutile n’a pas démontré son intérêt général. Le maire de Boulogne-Billancourt semble ne pas oser annoncer que cette idée tombe à l’eau, alors qu’il avait lui même indiqué qu’une décision devait être prise avant la fin de l’année.

Et pendant ce temps, les préoccupations de nos concitoyens sont toujours négligées. Logements sociaux et places en crèche, comment sont-ils attribués ? Avec quelle transparence ?

Pollutions de l’air et nuisances sonores : les maires des plus grandes villes du monde se réunissent pour engager ensemble des actions de prévention et de santé publique pour limiter voir interdire l’usage de la voi­ture en centre-ville. Et Bou­logne-Billancourt ne semble toujours pas avoir pris conscience des enjeux. Nous avons à plusieurs reprises fait des propositions : pas­sage de la voirie communale en zone 30, élaboration de zones piétonnes, électrifica­tion de la flotte municipale et du SUBB, accroissement et connexions des pistes cyclables entre elles pour sécuriser les parcours…Qu’attend t-on ? En France, 50 000 décès par an dus à la pollution ne suffisent pas ? Quel manque de courage politique : nos pou­mons et ceux de nos enfants seraient-ils moins précieux la « liberté » de rouler en polluant ?

Autre sujet : la propreté et l’entretien de nos rues. Dépôts sauvages, mégots, souillures en tout genre, et autres incivilités : pratiquement, que fait-on ? Les campagnes d’information sont trop légères, il faudrait comme dans d’autres pays, marquer les trottoirs pour rappeler à nos conci­toyens que l’espace public est un bien commun, et réprimer par des amendes élevées le non res­pect des règles.

Enfin, qu’en est-il de la concertation ? Un PLU qui nous échappe, aucune information sur les rythmes scolaires, pas d’avancée bio sur les menus des cantines… De façon plus générale, nous demandons une démarche participative dans l’élaboration du budget et de ses priorités. Cela permettrait aux Boulonnaises et Boulon­nais de se prononcer sur certains arbitrages et de reprendre en main leur citoyenneté.

admin

View more posts from this author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *