Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

Contre le projet pharaonique du stade de Basket !

Lors du Conseil Municipal du 26 Septembre, la création d’un équipement sportif ZAC Seguin Rives de Seine a été mis au vote. Cette création renvoie au désir du Maire d’ouvrir un Stade de Basket dans le quartier du Trapèze pouvant accueillir 5000 personnes, dont le coût s’estime à 60 millions d’euros hors taxe, comme le relève un article du Parisien. Aucune réponse n’a été apportée, aucun document communiqué, aucune étude attestant du caractère sérieux n’a été remise.

« Monsieur le Maire,

Vous nous demandez d’approuver une convention de maitrise d’ouvrage déléguée pour la réalisation d’un équipement sportif de 5000 places sur l’ilot V Nord situé en pleine ville, pour accueillir entre autres des manifestations de compétition de basket.

Ce projet de convention nous paraît excessivement prématuré, et nous conduit à faire 3 observations :

– sur la localisation,

– sur les couts,

– et sur le planning.

Sur la localisation:

Les éléments fournis au conseil municipal ne permettent pas de confirmer que cet emplacement puisse accueillir un équipement de ce type. L’étude de réceptivité du site  n’est pas jointe au dossier, et on peut raisonnablement se poser la question de savoir si ce terrain triangulaire situé en pleine ville est adéquat.

Pour tenter de répondre à cette question de bon sens,   nous avons repéré sur des images satellite, des équipements réels qui présentent un programme de même nature. Et nous les avons superposés sur le terrain de l’ilot V. Tout cela à la même échelle, évidemment. Voilà pratiquement ce que cela donne :

  • présentation ilot V
  • palais des sports Robert  Charpentier, à Issy,  1700 places
  • stade de Coubertin, salle centrale basket 4000 places
  • le Colisée Chalon sur Saone, stade basket 5000 places

On constate que la configuration est extrêmement serrée et surtout que la forme triangulaire du terrain n’est pas du tout adaptée.

Il faut aussi faire remarquer que pour une capacité aussi significative que 5000 places, il est indispensable d’avoir des abords du stade suffisamment amples et dégagés pour absorber les arrivées et surtout les sorties de milliers de personnes en même temps. Ce qui n’est pas le cas au voisinage de l’ilot V.

Tout ceci nous amène à conclure que les conditions topologiques et physiques ne sont  pas réunies pour accueillir à cet endroit un équipement de ce type.

Autre élément de faisabilité sur lequel nous voudrions vous alerter: il s’agit de la compatibilité du programme proposé avec le PLU applicable à la zone. Le terrain est situé en zone UAa. Les règles d’emprise au sol des bâtiments sont fixées par l’article 9 du règlement. Il précise que pour les équipements, l’emprise au sol des constructions doit être inferieure ou égale à la surface du terrain couverte par la bande E, plus 50% de la surface du terrain non couverte par la bande E.  En bon français, cela  signifie que le PLU demande que soient préservés dans l’ilot des espaces libres non construits, pour les espaces verts et de pleine terre. On se demande comment on peut concevoir un stade en respectant cette règle d’emprise au sol, sauf à modifier localement le PLU.

Sur le coût de l’opération:

Comme ce type d’équipement est spécifique,  il faut à minima une étude préliminaire et connaître l’état des sols (anciennement occupés par l’industriel Renault) pour évaluer les coûts et les risques constructifs. Quelle est la nature du sol ? est-il pollué ? Cela peut conduire à des fondations spéciales et des opérations de dépollution, qui sont très onéreuses. Nous n’avons pas d’éléments d’informations dans le dossier.

Il faudrait aussi préciser une évaluation du coût foncier. Sur un marché immobilier très tendu comme celui de Boulogne, c’est un élément important du coût global de l’opération dont les boulonnais et boulonnaises doivent être informés.

Et puis, quand on se lance dans la réalisation de tels équipements structurants,  il faut dès la phase de programmation  évoquer les couts d’entretien et de renouvellement des matériels. Or aucune information financière sur ces sujets, n’est fournie.

Sur le planning :

Nous émettons les plus grandes réserves sur le planning présenté. Il prévoit une livraison en avril 2023, qui nous paraît  irréaliste. D’ailleurs, on ne voit pas l’intérêt d’un planning objectif aussi serré, sauf à ce que l’équipement soit réalisé pour les JO. Mais à l’évidence, le COJO 2024 ne l’attend pas, puisque les compétitions de basket sont déjà prévues dans l’Arena 1 de Paris.

Pour la phase études, il est prévu une consultation des entreprises en Juillet 2020. Cela nécessiterait qu’à cette date, les études architecturales et techniques soient complètes et que le dossier de consultation des entreprises soit prêt. En 8/9 mois, alors qu’aujourd’hui la faisabilité n’est pas prouvée, et que la phase de concours d’architecture n’a pas démarré, cet objectif est  impossible à atteindre dans le cadre des procédures de consultation des marchés publics.

Pour la phase de réalisation, l’objectif de délai de 24 mois, extrêmement tendu, semble assez théorique. Même en  mettant en œuvre des techniques de réalisation particulières, comme par exemple une  réalisation du chantier en top & down (c’est à dire qu’on construit en même temps l’infra et la superstructure), cela paraît difficile. Et cela a un impact sur le coût.

Il faudrait aussi rajouter une phase de mise en route de l’exploitation.

Par ailleurs, au vu des nuisances et des problèmes de sécurité publique que pourraient créer un tel équipement dans le quartier, il y aurait intérêt à prévoir une marge dans le planning, concernant le  risque de recours des tiers.

Sans compter le délai supplémentaire qui serait du à une éventuelle dépollution du sol. 

Et sans compter une éventuelle modification du PLU.

Mes chers collègues, désolé d’avoir été un peu long, mais il nous paraissait essentiel de vous alerter sur les risques d’un tel projet, structurant pour notre ville.

La ville a t-elle besoin de s’embarquer dans l’aventure d’une équipe professionnelle de basket et se lancer dans la réalisation d’un tel stade ? Notre groupe la Ville Citoyenne a déjà argumenté et répondu non à ces questions.

En tout cas,  l’emplacement de l’ilot V suscite trop de questions sans réponses et trop de risques non maîtrisés. Nous considérons que notre assemblée n’est pas en mesure aujourd’hui de prendre des décisions.

Nous vous suggérons par conséquent, Monsieur le Maire, de reporter cette délibération, dans l’attente d’informations complémentaires. »

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite